Trois ingénieurs ont annoncé dimanche l’ouverture d’un nouveau moteur de recherche baptisé Cuil (prononcez « cool »), dont l’index s’élèverait à 120 milliards de pages Web, à comparer aux 40 milliards de liens revendiqués par Google. Les fondateurs de Cuil, qui estiment être en mesure d’indexer plus vite et pour moins cher les tréfonds du Web, affirment en outre être parvenus à établir des algorithmes de classement tenant compte du contexte de chaque page pour mieux décider quels sont les résultats qui doivent être mis en avant. A terme, le système se révèlerait selon ses créateurs bien plus pertinent que les mécanismes Pagerank et TrustRank implémentés par Google. Cuil sera-t-il un véritable Google killer ?

A l’origine de Cuil, on trouve Tom Costello, à l’origine du premier moteur de recherche sémantique développé chez IBM, accompagné de sa femme, Anna Patterson, qui fut un temps l’architecte de l’outil d’indexation TeraGoogle, déployé sur les centres de données de la firme de Mountain View depuis 2006. Lancée en 2005, la société dispose d’un capital de 33 millions de dollars, obtenus lors de deux levées de fonds. Seuls 5 millions de dollars auraient été nécessaires à la constitution de cet index de 120 milliards de pages, indiquent les fondateurs.

Moteur de recherche Cuil

Outre cet index démesuré, Cuil essaiera de se démarquer par une certaine « éditorialisation » des résultats de recherche : ceux-ci sont regroupés en catégorie, et des suggestions de recherche plus précises sont proposées. Une démarche plus proche de ce qu’ont entrepris des moteurs comme Ask.com ou le français Exalead que du modèle Google. Actuellement limité à l’anglais, Cuil devrait s’ouvrir aux langues européennes dès la fin de l’année.

Dernier point : alors que Google fait l’objet de polémiques relatives à la gestion de la vie privée (voir notamment Affaire Viacom et vie privée : YouTube résiste), Cuil ne conserverait aucune donnée personnelle identifiable relative aux internautes qui utilisent le moteur. Quelques heures après le lancement, rien ne permet de supposer un index plus important que celui de moteurs concurrents : sur des requêtes génériques, Google retourne systématiquement un nombre de résultats plus important que Cuil. Reste une présentation des résultats de type magazine, agrémentée d’images, relativement élégante, mais dépourvue de l’extrême sobriété qui a fait le succès de Google. Une période de rodage serait-elle nécessaire ?

Cuil : un moteur de recherche prometteur, mais loin d’égaler Google

Technologie – Créée par des anciens de Google, une start-up part à l’assaut du géant en proposant le « plus gros moteur de recherche du Web » doté d’un index trois fois plus conséquent que celui de l’actuel leader du marché. Avec la promesse de recherches préservant davantage l’anonymat.

Présenté comme le « Google Killer », le moteur de recherche Cuil (« connaissance, en gaëlique ; prononcer « Cool ») est en ligne depuis dimanche 27 juillet. Il a été créé par la start-up éponyme, fondée par Anna Paterson et Russell Power, deux anciens de Google, et Tom Costello, ancien d’IBM.

Selon eux, Cuil dispose aujourd’hui du plus gros index avec 120 milliards de pages Web, contre 40 milliards pour Google. Il est ainsi censé offrir des résultats plus complets et plus pertinents que son concurrent.

Dans la pratique, c’est encore loin d’être le cas. Ce lundi à midi, en tapant par exemple « iphone 3G », le moteur ne trouvait aucun résultat (voir image ci-dessous).

Dans l’après-midi, il recensait déjà 29 millions de liens, encore très loin, jeunesse oblige, des 153 millions proposés par Google. Autre curiosité : des marques comme Canon ou Panasonic renvoyaient un message d’erreur.

Bientôt en Français

Même s’il se présente comme le « plus gros moteur de recherche du Web », Cuil est donc encore loin d’être aussi efficace que le leader du secteur. Sans oublier qu’il ne propose pas d’agrégation d’actualités, ni de service de cartographie, d’images ou d’outils de mesure d’audience de sites. Si concurrence il y a, elle ne se fait donc pour l’instant que sur la fonction de recherche web pure. Et sur ce terrain, Cuil est loin d’égaler le numéro un du marché.

Selon ses auteurs, le moteur doit cependant évoluer. A terme, son algorithme se révèlera plus pertinent que les systèmes Pagerank et TrustRank intégrés à Google.

En l’état, Cuil propose une présentation des résultats plutôt intéressante, avec de larges extraits des pages référencées et des images. Une éditorialisation des résultats qui les présentent un peu comme les premières pages d’un magazine. Une présentation très visuelle, qui tranche avec la longue liste de liens de Google. Par ailleurs, ses auteurs assurent que le moteur n’enregistre pas les données de navigation, et respecte donc mieux la vie privée que le géant de Mountain View.

Aujourd’hui proposé uniquement en Anglais, Cuil devrait s’ouvrir aux autres langues, dont le français, d’ici la fin de l’année.

Source2:

Originally posted 2008-07-28 17:33:31.

Les commentaires sont désactivés.