Avril 2009

Modification et amélioration de la barre de navigation via le plugin PageNavi

pagenavi

Lire la suite de cette entrée… »

Originally posted 2009-04-06 12:00:41.

Comments Commentaires fermés sur Infos améliorations du site PcHelp!

L’Internet mobile, ça marche, mais attention à la facture ! Des dizaines de milliers de Français se sont laissé tenter ces derniers mois par l’iPhone d’Apple et ses avatars, des téléphones désormais presque aussi puissants que des ordinateurs, qui permettent de se connecter au Web, d’envoyer des e-mails, voire de regarder la télévision, avec une simplicité confondante. Mais beaucoup en sont déjà revenus, au vu des factures parfois faramineuses qu’ils ont eu la très désagréable surprise de recevoir, alors qu’ils pensaient être restés dans les « clous » de leur forfait.

Selon l’Association française des utilisateurs de télécommunications (Afutt), qui publie un baromètre annuel des plaintes, celles liées à la facture mobile ont bondi de 32,6 % entre 2007 et 2008. Les opérateurs de télécommunications Orange et SFR ne nient pas l’existence du problème. « L’Internet mobile, c’est là où nous voyons l’insatisfaction monter le plus fortement », reconnaît Fabrice André, directeur de la relation client chez Orange France.

Les associations de consommateurs ont sonné l’alarme dès le début de 2008. L’été dernier, l’Arcep, le gendarme des télécoms, a scruté à la loupe les tarifs de l’Internet mobile. Aujourd’hui, c’est Luc Chatel, secrétaire d’Etat à l’industrie, qui met à son tour la pression sur les opérateurs.

Jeudi 2 avril, il a adressé une lettre à Orange, SFR, Bouygues Telecom, ainsi qu’aux huit opérateurs mobiles virtuels (M6 mobile, NRJ mobile, etc.) leur demandant de généraliser « avant l’été » des « dispositifs d’alerte et de blocage de la facturation dès lors qu’un montant critique de dépense d’Internet mobile est dépassé ».

« Je préfère la concertation. Mais si les opérateurs ne font rien, il y a des parlementaires qui pourraient bien s’intéresser au sujet », prévient M. Chatel.

Les consommateurs dénoncent en vrac des offres jugées peu lisibles, des « vrais-faux » forfaits « illimités », un manque d’information ou des conseils erronés et des tarifs de communication prohibitifs à l’étranger.

Et les témoignages s’accumulent. Ainsi Mickael Bonnefond, abonné à Bouygues Télécom, a dû payer fin 2008 presque 90 euros suite à la consultation « d’une dizaine de pages Web » sur son téléphone lors d’un voyage aux Etats-Unis. « A la signature de mon contrat, je n’ai pas été suffisamment informé des tarifs à l’international », estime-t-il. Bruno Philippe a acheté son iPhone à la Fnac, et souscrit un forfait « 3 heures Premium Internet illimité » avec Orange. Mais il a vite dépassé les 10 mégaoctets (Mo) d’usage mensuel autorisés avec sa boîte à courriels. « Il y avait écrit « Internet illimité », j’ai pensé qu’il s’agissait aussi des courriels. » De plus, quel client sait ce que 10 Mo représentent ?

Pire : le cas de cette Nîmoise qui a accepté, après un démarchage téléphonique d’Orange, une extension de forfait à 5 euros par mois pour l’Internet illimité sur son téléphone. « Mon mari a commencé à se connecter le week-end suivant. Le dimanche soir, je consulte mon compte et découvre une consommation hors forfait de 2 319 euros ! En réalité, l’Internet illimité n’était valable qu’entre 20 heures et 8 heures du matin. » Autre cas de démarchage au téléphone : Armelle Oberlin, cadre en région parisienne : « Le commercial d’Orange m’a proposé deux iPhone à moins de 100 euros, pour ma société. A ce prix- là, j’ai foncé. Mais il ne m’avait pas prévenu qu’il fallait aussi que je change de contrat pour ne pas avoir de dépassement de forfait. » Résultat : une facture mensuelle de 3 846,34 euros !

SERVICES COMPLEXES

« La conquête de parts de marché à court terme a pris le pas sur la fidélisation des clients », regrette Jérôme Clauzure, délégué général de l’Afutt. Les opérateurs de télécommunications s’en défendent : pas question, assurent-ils, de profiter de la naïveté des clients pour augmenter leurs marges. Quand l’abonné est « manifestement de bonne foi, nous sommes bienveillants dans le traitement du différend », explique M. André, de chez Orange. Idem, chez SFR, « quand c’est la première fois que l’accident de facturation se produit », promet Thierry Pelissier, directeur général marketing mobile SFR.

Ils avancent la difficulté à vendre simplement ces nouveaux services plutôt complexes. « C’est vrai que nous avons de nombreuses gammes tarifaires. Elles ne se rationalisent pas en un jour. Certains de nos clients sont encore abonnés avec un forfait Ola (datant de la fin des années 1990) et n’ont pas envie d’en changer », argue M. André, chez Orange.

« Former tous nos vendeurs ne se fait pas en un jour », selon M. Pelissier, de SFR. « Mais les choses vont aller de mieux en mieux. Pour la commercialisation de l’iPhone (prévue le 8 avril chez SFR), 2 000 de nos commerciaux ont été formés… en seulement un mois », se félicite-t-il. Chez Orange, qui lance une nouvelle offre toutes les six à huit semaines, 10 % du temps de travail des vendeurs est consacré à la formation. « Mais il peut arriver, surtout quand il y a la queue en boutique, que le vendeur ne pense pas à faire complètement le point avec son client sur son forfait. Quand ce dernier sort avec son iPhone tout beau tout neuf, les détails de son contrat ne sont souvent pas sa priorité », explique M. André.

Selon les opérateurs, la mise en place des alertes et des blocages de facturation demandée par M. Chatel nécessite des adaptations techniques un peu compliquées. « Il nous faudra par exemple des dispositifs repérant un client qui peut regarder la télévision sur son téléphone, mais dont le forfait n’est pas du tout adapté », détaille M. André.

Ils ont cependant intérêt à s’y conformer. Laisser le mécontentement des clients monter pourrait « tuer » un marché prometteur. En dix-huit mois, l’Internet mobile a franchement décollé, notamment grâce à l’iPhone (810 000 exemplaires vendus depuis le début de sa commercialisation, fin 2007). Il est aujourd’hui la source de revenus des opérateurs de télécommunications, qui croît le plus vite (+ 35% par an en Europe, selon la société Exane), quand les revenus provenant des clients ADSL (accès à l’Internet haut débit via le réseau de téléphonie fixe) fléchissent et que ceux liés aux communications vocales tendent à diminuer.

:Source:

Originally posted 2009-04-04 21:12:34.

Comments Commentaires fermés sur Les plaintes se multiplient contre le montant des factures liées à l’Internet mobile!

Anti-Conficker

Le site Conficker Working Group dédié au virus de l’année vient de mettre en ligne une nouvelle page. Elle permet de savoir si l’on est infecté ou non par Conficker.

Une ruse de virus

Le principe est simple, Conficker est connu pour bloquer l’accès d’une centaine de sites d’antivirus et de logiciels de sécurité. Les images présentes sur la page proviennent de plusieurs de ces sites. Aussi, si elles n’apparaissent pas lorsque la page est chargée, cela veut dire qu’elles sont bloquées.

Si elles ne sont pas bloquées par le navigateur, il faut se rendre à l’évidence : on est infecté. Si toutes les images apparaissent, c’est soit que l’ordinateur est sauf, soit que la connexion passe par un proxy. Une fois celui-ci désactivé, on peut voir à quoi ressemble l’état de son PC. Astucieux comme méthode.

Le virus de 2009

Rappelons que Conficker est apparu en 2008. Malgré une mise à jour de sécurité déployée par Microsoft, de nombreux ordinateurs restent infectés. L’analyse du code de ce virus avait laissé croire qu’il s’activerait le 1er avril. Cette date passée, on observe simplement une hausse de son activité, mais pas suffisante pour s’en inquiéter. Selon les dernières estimations, 9 à 10 millions d’ordinateurs seraient actuellement infectés.

:Source:

[iframe http://www.confickerworkinggroup.org/infection_test/cfeyechart.html 680 500]

Originally posted 2009-04-04 09:24:55.

Comments Commentaires fermés sur Etes-vous infecté par Conficker ?

Pouvez-vous utiliser le carburant SP95-E10 avec votre véhicule ? La réponse vous est donnée sur un site officiel mis en place par le gouvernement.

Station serviceComme annoncé par le gouvernement et en accord avec la directive européenne visant à améliorer la qualité des carburants pour les rendre plus respectueux de l’environnement, depuis le premier avril, la distribution du nouveau carburant SP95-E10 a débuté dans les stations-services de l’Hexagone.

Pour rappel, le carburant SP95-E10 est composé à 90 % de carburant fossile issu du pétrole et à 10 % d’éthanol, un biocarburant issu de la distillation de betteraves sucrières ou de cérérales. Il a pour objectif de diminuer les rejets de CO2 responsables de l’effet de serre.

Si la distribution de ce nouveau carburant est une bonne chose en soi, il reste toutefois à savoir quels véhicules peuvent fonctionner avec. Pour cela, le Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire a mis à disposition des internautes un formulaire en ligne et un document PDF.

On parle de 60 % des véhicules essence en circulation qui sont compatibles avec le carburant SP95-E10. Les autres devront continuer à utiliser le SP95 et le SP98 classiques dont la distribution sera maintenue.

Accéder au formulaire en ligne

:Source:

Originally posted 2009-04-04 09:20:00.

Comments Commentaires fermés sur Votre véhicule accepte-t-il le carburant SP95-E10 ?

Une faille récemment découverte dans PowerPoint de Microsoft pourrait permettre à des individus mal intentionnés de contrôler l’ordinateur de leurs victimes.

La faille, qui n’a toujours pas été corrigée, nécessite que les victimes ouvrent un fichier. Une fois ouvert, le fichier donne à son créateur les mêmes droits utilisateurs que ceux de la victime. La vulnérabilité n’affecte que les versions 2000, 2002 et 2003 pour PC et 2004 pour Mac.

Pour l’instant, les rares attaques signalées ont été ciblées, mais une attaque massive serait plausible.

Dans sa note, Microsoft rappelle l’importance d’ouvrir seulement les fichiers de sources dignes de confiance, que ce soit par courriel, par messagerie instantanée, sur le Web ou sur un périphérique amovible.

Les Canadiens et les Américains qui croient être affectés par la faille peuvent obtenir du support sans frais au 1-866-PCSAFETY. Les autres clients peuvent contacter leur agence Microsoft locale.

Deux équipes de travail, de la Microsoft Active Protection Program et de la Microsoft Security Response Alliance, ont été mobilisées pour étudier les possibilités quant à la diffusion du correctif; soit elle le diffusera sous forme d’un «correctif exceptionnel», hors du flux régulier, ou encore elle l’intégrera à sa prochaine mise à jour de sécurité mensuelle.

:Source:

Originally posted 2009-04-04 09:17:03.

Comments Commentaires fermés sur Une faille dans PowerPoint!

IE7Pro est un module complémentaire tiers pour Internet Explorer 6 et 7 qui permet de lui ajouter tellement de fonctions que le terme « module » ne convient plus tout à fait.

Voici une liste non-exhaustive des possibilités offertes par IE7Pro :

  • Gestion plus fine des onglets
  • Possibilité de bloquer les animations Flash
  • Fonctionnalités étendues de glisser/déposer
  • Récupération de crashs
  • Possibilité de passer d’un proxy à un autre facilement
  • Reconnaissance des mouvements de la souris pour effectuer des actions
  • Navigateur d’historique
  • Fonctionnalités d’accélération de l’affichage des pages web
  • Possibilité de changer facilement le « User Agent » (reconnaissance du navigateur par les sites)
  • Capture de pages web
  • Plateforme de scripts de style Greasemonkey pour transformer l’affichage des sites
  • Plateforme de plug-ins
  • Vérification orthographique

ie7pro ie7pro

Plus spécifiquement, la nouvelle version 2.0 apporte les modifications suivantes :

  • Amélioration de la stabilité via une architecture modulaire
  • Ajout de MiniDM, un gestionnaire de téléchargements
  • La combinaison de touches CTRL + M rabat le navigateur dans la zone de notification
  • Ajout d’une version 64 bits
  • Moteur de recherche fixé par défaut sur Google

Pour télécharger IE7Pro 2.0, il suffit de cliquer sur un des deux liens suivants

Source de la news: 

Originally posted 2009-04-03 20:38:14.

Comments Commentaires fermés sur -IE7Pro 2.0 : pour donner un coup de fouet à Internet Explorer

[poll id= »5″]

Nous avons reçu dans la journée d’autres réactions après le vote du projet Création et Internet. Cette fois, celles de la Quadrature du Net et  de l’APRIL, fameuse association défendant les intérêts du libre

Quadrature du net : « Pénible accouchement du monstre à l’Assemblée » :

La Quadrature estime qu’après les discussions et ce vote, « La démocratie n’en sort pas grandie, mais tout est dit pour l’après HADOPI. Rendez-vous au Conseil Constitutionnel… ». Le collectif pointe un examen à sens unique, qui va déboucher sur une commission mixte paritaire déjà « aux ordres ».

« Le monstre HADOPI est né à l’Assemblée nationale, au terme d’un pénible accouchement. Aucune des aberrations techniques, des nuisances économiques ou des atteintes graves aux droits n’a été levée, bien que chacune ait été exposée de façon détaillée. Le rapporteur et la ministre n’y ont répondu que par la répétition mécanique de contrevérités ou de slogans creux. Hormis quelques rares amendements portant sur des points mineurs, les députés ont voté seulement deux fois contre l’avis du gouvernement, les députés n’ont rien ajouté ou retranché de significatif à la loi HADOPI. Une inquiétante porte au filtrage des contenus sur le Net a même été ouverte.

Jeremie Zimmermann quadrature du net


Les députés Billard, Bloche, Brard, Mathus, Paul et Tardy ont été courageux et ont fait honneur à leur mandat. La haute teneur des débats a exposé toutes les failles fatales de l’HADOPI, et fera le bonheur des archéologues de l’absurde répression du Net, lorsque cette loi sera enterrée depuis longtemps. Son vote aux ordres est le symbole de l’ignorance technologique d’un gouvernement et d’une majorité au service d’un corporatisme aveugle. Les industries qui demandaient l’HADOPI ne sont pas près d’être sauvées.
»

Jérémie Zimmermann, cofondateur de la Quadrature « félicite et remercie les innombrables citoyens qui ont participé à une formidable opération de sensibilisation de l’opinion publique et des élus. Nous sommes tous ensemble intervenus dans le débat, et nos arguments ont résonné en continu dans l’hémicycle, par la bouche de députés de tous les bancs, face au mur coupable des godillots de l’UMP. Nous devons continuer cette information de nos concitoyens et rester vigilants contre toute tentative de contrôle du Net. Quelle que soit la surdité du gouvernement, la raison et la justice finiront par triompher face à l’obscurantisme ».

Du côté du logiciel libre, l’April voit une loi inadaptée, inacceptable, inapplicable et déjà dépassée.

« L’April dénonce le vote du projet de loi HADOPI qui contient des dispositions qu’il était impensable de voir écrites un jour noir sur blanc tant elles sont extrémistes. Non content de se positionner de façon unilatérale en faveur d’une centralisation de l’information sur Internet, ce projet de loi instaure en plus de nouvelles discriminations contre le logiciel libre.

L’Assemblée nationale a adopté le projet de loi HADOPI mettant en place une procédure disproportionnée de répression massive à l’encontre des internautes qui échangent des oeuvres sans autorisation. Le projet de loi ne propose rien pour favoriser la mise à disposition du public d’offres commerciales attractives de musique et de films.

La ministre de la Culture Christine Albanel, le rapporteur Franck Riester et presque tous les députés UMP ont validé de nouvelles discriminations à l’encontre du Logiciel Libre. Malgré la mobilisation des employeurs du Libre contre HADOPI, ils ont refusé tout encadrement des mouchards filtrants que les abonnés devront installer pour garantir leur sécurité juridique. Ils se sont également opposés à toute mesure favorable à l’interopérabilité et à la libre concurrence, et ont persisté à limiter le droit moral de divulgation des auteurs de logiciels libres.

couchet frederic

La dizaine de députés ayant voté ce texte prétend donc bouleverser un écosystème qui concerne 18 millions de foyers connectés à internet et dont ils n’ont pour la plupart pas la moindre connaissance.

« Le président de la République, le gouvernement et la majorité sont irresponsables. Ils pénalisent un secteur économique dynamique et innovant en s’en prenant injustement à ses acteurs. La France se ridiculise en sabotant un de ses meilleurs atouts de compétitivité » déclare Frédéric Couchet, délégué général de l’April.

« HADOPI connaîtra bientôt le même destin que DADVSI. Cette loi est inadaptée, inacceptable, inapplicable, d’ores et déjà dépassée, et liberticide. Elle rejoindra donc prochainement la DADVSI dans les poubelles de l’histoire législative » conclut Benoît Sibaud, président.

La requête de l’April au Conseil d’État avait permis de rétablir le contournement des DRM à des fins d’interopérabilité et de renforcer sensiblement la sécurité juridique des auteurs, distributeurs et utilisateurs de logiciels libres. L’April emploiera les moyens à sa disposition afin de protéger les auteurs et utilisateurs de logiciels libres.

L’April salue la mobilisation de Martine Billard (GDR), Patrick Bloche (SRC), Jean-Pierre Brard (GDR), Jean Dionis du Séjour (NC), Christian Paul (SRC) et Lionel Tardy (UMP) qui ont défendu le Logiciel Libre et l’interopérabilité durant ces débats et ont mis en lumière toutes les failles du projet de loi ».

:Source:

Originally posted 2009-04-03 20:38:13.

Comments Commentaires fermés sur Hadopi : réaction de la Quadrature du net et du monde du Libre.

Plusieurs utilisateurs d’Internet Explorer 8 ont constaté certaines lenteurs lors de l’ouverture d’un nouvel onglet. Le logiciel Spybot – Search & Destroy semble en être la cause indirecte.

IE8Plusieurs utilisateurs qui se sont essayés à Internet Explorer 8 qui connaîtra une diffusion plus massive au cours du mois via son intégration à Windows Update et Automatics Update, ont peut-être constaté un très désagréable ralentissement à l’ouverture d’un nouvel onglet.

Le site Neowin pense avoir mis le doigt sur le cœur du problème et d’incriminer une association  » néfaste  » avec l’anti-spyware Spybot – Search & Destroy. Un logiciel gratuit à l’efficacité maintes fois mise en avant qui jouit d’une grande popularité sous Windows.

Il faut  » dévacciner  » IE8
Le problème qui affecte également le lancement de IE8 trouve sa solution dans la désactivation de la vaccination pour IE de Spybot S&D. Sur le blog IEBlog, l’équipe de développeurs de IE8 a confirmé le problème, indiquant que la fonctionnalité innoculate met 10 000 domaines dans la zone de restriction du navigateur ce qui contrarie sa rapidité.

Article n° 65 - Guide d'optimisation de Windows XP - logo_spybotSur le site officiel de Spybot S&D, on trouve également trace d’une telle confirmation datée de la fin du mois de mars. La fonctionnalité de vaccination est présentée comme un niveau de protection supplémentaire destinée à protéger l’utilisateur même si Spybot S&D est complètement fermé. Petit tour de magie possible en remplissant la liste des sites bloqués qui est propre aux navigateurs avec une quantité importante d’entrées de sites identifiés comme malveillants par Spybot S&D. Des entrées en trop grande quantité que IE8 semble avoir du mal à digérer.

N.B : pour  » dévacciner  » IE8, il faut se rendre dans Vaccination, cocher les entrées relatives à IE et faire Annuler. Pour une vaccination ultérieure, sans prise en compte de IE, les entrées relatives devront être décochées.

:Source:

Originally posted 2009-04-03 20:32:53.

Comments Un commentaire »

Logo de VLC media player

Autrefois destiné aux utilisateurs chevronnés souhaitant diffuser de la vidéo sur un réseau, VLC media player est devenu un des lecteurs multimédias les plus populaires et revendique près de 50 millions de téléchargements ces six derniers mois. Devenu résolument plus abordable depuis l’avènement de la branche 0.9, VLC est sur le point de franchir un nouveau cap en passant à la version 1.0.

Vraisemblablement dernière mise à jour mineure de la branche 0.9, VLC media player 0.9.9 apporte quelques derniers correctifs. Sous Windows, la télécommande est désormais disponible en plein-écran sur les configurations à plusieurs écrans, tandis que sous le capot certains décodeurs ont été mis à jour. Les Mac à processeurs Intel profitent quant à eux de performances améliorées en vidéo. Les deux plateformes profitent en outre du décodage natif des codecs Real Video 3.0 et 4.0.

VLC media player 1.0 nom de code Goldeneye est donc en approche. La première alpha est d’ores et déjà disponible, l’occasion de faire le point sur les grandes nouveautés que nous réserve le lecteur multimédia libre.

Il sera ainsi possible de pauser instantanément une vidéo et d’avancer image par image, le système de lecture revu n’attendant plus que les tampons se vident. Un simple clic permettra de plus de lancer un enregistrement à la volée, il ne sera plus nécessaire de passer au préalable par une fastidieuse étape de configuration. L’interface s’enrichira donc d’un nouveau bouton d’enregistrement et sera qui plus est personnalisable.

VLC media player 1.0
On retrouve en outre de nouvelles possibilités d’encodage et de décodage. VLC 1.0 sera notamment capable de lire des films directement depuis des archives ZIP ou RAR, sans décompression préalable. Il prend en charge de nouveaux formats audio haute définition et supporte les dossiers Blu-ray et AVCHD. Une interface dédiée à la conversion de vidéo fait son apparition, tandis qu’il est l’un des premiers à encoder au format Dirac.

Libre et gratuit, VLC media player sera bientôt arrivé à maturité. L’alpha, à réserver aux plus impatients compte tenu de l’absence de garanties, est disponible sur les serveurs de VideoLAN. La date de sortie de la version finale n’est pour le moment pas connue.

Originally posted 2009-04-03 20:31:37.

Comments Commentaires fermés sur Mise à jour: VLC media player 0.9.9 disponible

Contrairement à une idée reçue, ce n’est pas au plus près d’une antenne-relais de téléphonie mobile que l’on est le plus exposé aux ondes de radiofréquence qu’elle émet. Une étude française a permis de constater que pour les deux fréquences utilisées en téléphonie mobile, GSM (900 MHz) et DCS (1800 MHz), l’exposition est maximale à environ 280 m de l’antenne-relais en zone urbaine, et à 1 000 m en zone périurbaine. L’étude a été mise en ligne, mardi 31 mars, sur le site de la revue britannique Occupational & Environmental Medicine.

Dans la vie quotidienne, l’exposition à des champs électromagnétiques émane de différentes sources de radiofréquences : postes de radio et de télévision, communications téléphoniques et satellitaires… C’est le cas évidemment de la téléphonie mobile, et de la multitude d’antennes-relais ou de stations de base qu’elle nécessite pour assurer une bonne couverture territoriale des zones les plus peuplées.

« Bien que les niveaux de radiofréquences (RF) produits par les relais de télé et de radio et par les stations de base soient bien plus bas que ceux liés à l’utilisation du téléphone mobile, l’exposition plus continue aux antennes préoccupe davantage le public », notent Jean-François Viel (CNRS et université de Franche-Comté) et ses confrères, auteurs de l’étude. « Comme les ondes de RF sont invisibles et imperceptibles, les individus ne peuvent directement faire état de leur exposition. Aussi bien les perceptions du public que la plupart des études épidémiologiques reposent de ce fait sur la supposition que la distance d’un lieu de résidence par rapport au mât d’une station de base est un paramètre qui peut se substituer de manière appropriée à l’exposition à des champs de RF. »

DOSIMÈTRE PERSONNEL

Leur étude démontre que cette hypothèse est erronée. Elle a été menée en zone urbaine et en zone périurbaine, entre décembre 2005 et septembre 2006, auprès de 200 habitants du Doubs. Chacun d’entre eux a été équipé d’un dosimètre personnel mesurant son exposition aux RF pendant vingt-quatre heures et devait tenir un journal recensant, quart d’heure par quart d’heure, le lieu, l’heure et la nature de ses activités. La distance séparant le domicile de chaque participant des antennes a été calculée.

A son niveau le plus élevé, le champ électrique mesuré demeurait toujours inférieur à 1,5 volt par mètre (v/m), et restait donc inférieur aux normes internationales. L’exposition aux ondes des bandes utilisées pour la téléphonie mobile atteignait son maximum, selon la zone d’habitation, à environ 280 m ou 1 000 m des antennes.

Jean-François Viel évoque plusieurs surprises : « Tout d’abord, la grande variabilité des expositions, même à des distances équivalentes. Une différence qui peut tenir au dosimètre, mais aussi au corps humain. » Mais encore : « La présence de deux pics, l’un urbain, l’autre périurbain, en fonction de la hauteur des antennes. Comme un phare, une antenne a un rayon d’émission oblique, selon un angle qui est toujours le même. En zone urbaine, les antennes sont plus basses et « arrosent » dans un rayon d’environ 300 m ; en zone périurbaine, elles sont plus hautes et le rayon touche le sol plus loin, à 1 000 m. Nous pensions que cet « effet phare » était moins prononcé. »

Devant ces résultats, la question se pose du niveau d’exposition auquel sont fixées les recommandations nationales et internationales. « Les recommandations internationales sont basées sur les effets thermiques observés des radiofréquences, indique l’épidémiologiste. L’évaluation des risques potentiels suppose que l’on recherche d’autres mécanismes d’action. Quand on fixe un seuil après évaluation d’un risque, c’est qu’on connaît le mécanisme en cause. A l’heure actuelle, nous n’en sommes pas là. »

:Source:

Originally posted 2009-04-02 17:49:18.

Comments 3 commentaires »