Cette nouvelle mouture, pour le moment en bêta, apporte des innovations qui intéresseront d’abord les développeurs d’applications.

Un peu moins de 15 jours après la mise en ligne officielle du firmware 3.0 pour iPhone, Apple nous gratifie aujourd’hui d’une première mise à jour, logiquement estampillée 3.1, pour le moment en bêta.

Elle est pour le moment disponible sur l’iPhone Dev Center d’Apple. Car cette nouvelle mouture ne propose pour le moment pas de fonctions supplémentaires pour les utilisateurs, elle est plutôt destinée aux développeurs à travers le SDK (software development kit) qui lui aussi passe en 3.1.

Vidéos plus souples

Au programme donc : de nouvelles possibilités dans OpenGL ES afin de créer des environnements graphiques plus riches et plus fluides. De nouvelles API permettent d’enregistrer les vidéos incluses dans des applications en différentes qualités.

Mais à terme, ce nouveau firmware devrait apporter son lot de nouveautés au niveau de l’ergonomie avec un démarrage plus rapide, plus de protection dans le navigateur Safari, la vibration du terminal lorsqu’on déplace un icône…

Dans le domaine de la vidéo, cette 3.1 permettra un montage de vidéo non-destructif en conservant l’original grâce à la fonction ‘Sauvegarder une copie’.

Aucune date n’a été communiquée pour la version définitive de cette mise à jour.

:Source:

[ad#co-1]

Originally posted 2009-07-01 12:57:12.

Comments Commentaires fermés sur Déjà une mise à jour pour le firmware 3 de l’iPhone

Dans un laconique communiqué, la RIAA se félicite d’une action en justice menée victorieusement contre Usenet.com, l’un des fournisseurs d’accès aux newsgroups, un univers accusé de véhiculer tout et n’importe quoi et donc du contenu illicite.

La décision a été rendue par une des cours de district de New York. Elle avait été portée devant le juge Harold Baer en octobre 2007 à la demande d’une brochette d’ayants droit (Arista Records, BMG, Atlantic, Capitol, Sony BMG ; UMG, Virgin, Warner Bros, etc.).

usenet.com RIAA action plainte

Dans la plainte, ceux-ci comparaient Usenet aux réseaux P2P : « Les défendeurs fournissent essentiellement les mêmes fonctionnalités que les services P2P comme Napster, Aimster, Groskter, Kazaa, en fournissant consciemment aux utilisateurs les sites et les moyens d’envoi et de téléchargement d’oeuvres protégés. (…) [cet intermédiaire] personnalise son service pour le rendre aussi pratique et transparent que possible afin que l’utilisateur distribue et obtienne de la musique protégée sans autorisation et sans payer. »

Selon Cnet, Usenet a été reconnu coupable d’avoir contribué à de multiples violations au copyright. Le juge n’a pas retenu la protection offerte par la jurisprudence Sony Betamax, selon laquelle une solution technique (un magnétoscope) est licite puisqu’elle permet d’enregistrer toutes formes de programmes, et pas seulement ceux protégés par le droit d’auteur. Différence de taille entre les deux affaires: lorsqu’il vend un magnétoscope, le fabricant coupe les ponts avec le consommateur final. Or, Usenet.com, non. Le juge de district Bauer a donc refusé l’application de cette jurisprudence compte tenue de la permanence du lien de filiation entre l’éditeur et l’utilisateur qui autoriserait des mesures proactives contre les échanges illicites. Le juge a par ailleurs refusé à Usenet.com de s’abriter derrière les exceptions au DMCA comme le « Safe Harbour » réservé aux FAI pour les actes commis par leurs abonnés.

Nous attentons plus de détails sur cette affaire et notamment le montant de la peine, mais c’est un important trophée pour la RIAA, à l’image de l’affaire MGM vs Grokster : dans cette décision de 2008 la justice américaine avait estimé que « quelqu’un qui distribue un produit et en fait la promotion afin d’enfreindre le droit d’auteur […] est responsable pour les actes résultants d’infraction par des tierces parties » Un éditeur engage donc sa responsabilité s’il est démontré qu’il fait la « promotion » des actes illégaux d’une manière ou d’une autre.

:Source:

Originally posted 2009-07-01 12:56:18.

Comments Commentaires fermés sur Newsgroups : victoire de la RIAA contre Usenet.com

Dans le monde de la virtualisation, VirtualBox est l’outsider gratuit qui grandit rapidement. Alors même qu’une version bêta était apparue le 18 juin pour la version 3.0, cette dernière est maintenant finalisée et disponible publiquement au téléchargement.

virtualbox virtualbox

Voici donc la liste des nouveautés principales de VirtualBox 3.0 :

  • Les systèmes invités peuvent accéder à un maximum de 32 processeurs virtuels, mais seulement quand la machine hôte dispose des instructions VT-x ou AMD-V
  • Systèmes Windows invités : possibilité d’utiliser les applications et les jeux DirectX 8 et 9 (expérimental)
  • Support d’OpenGL 2.0 pour les systèmes invités Windows, Linux et Solaris

Ce sont trois nouveautés importantes, et elles sont accompagnées par toute une série de corrections de bugs pour l’ensemble des systèmes supportés.

Téléchargements

:Source:

[ad#co-1]

Originally posted 2009-07-01 12:54:55.

Comments Commentaires fermés sur VirtualBox est déjà disponible en version finale 3.0

Le nouveau règlement européen qui encadre le prix des appels et messages envoyés depuis l’étranger sera appliqué à partir de mercredi. Quid des tarifs des opérateurs français ?

Bonne nouvelle pour les vacanciers et les hommes d’affaires : les nouveaux tarifs d’itinérance mobile en Europe seront appliqués dès ce mercredi 1er juillet. Un soulagement notable pour nos portefeuilles habitués à flamber au retour de nos déplacements à l’étranger…

Après moult pression et malgré la très mauvaise volonté des géants du mobile européens, différentes baisses ont été adoptées au niveau de la Commission européenne.

Concrètement, à partir du 1er juillet,  les appels passés depuis la zone Europe seront plafonnés à 0,43 euro (hors TVA) la minute contre 0,46 euros aujourd’hui (puis 0,39 euro au 1er juillet 2010 et 0,35 euro au 1er juillet 2011).

Les appels reçus seront plafonnés à 0,19 euro (hors TVA) la minute contre 0,22 euros actuellement. (puis 0,15 euros en 2010 et 0,11 euros en 2011).

Les SMS émis seront facturés 0,11 euro (hors TVA) à partir du 1er juillet 2009 (hors TVA), contre jusqu’à 0,49 euro aujourd’hui (!). Les SMS reçus sont gratuits.

Les données seront plafonnées à 1 euro par Mo à partir de mercredi (hors TVA), puis à 0,80 euro au 1er juillet 2010 et 0,50 euro au 1er juillet 2011.

Enfin, les opérateurs devront facturer les appels en itinérance non plus à la minute, mais à la seconde après les 30 premières secondes. Une décision qui devrait faire fondre la facture des abonnés de 24% au maximum, estime la Commission.

Sachant que ces tarifs sont plafonnés, chaque opérateur a la possibilité de baisser encore plus ces prix. En France, les 3 grands ont pris leurs calculettes et proposent donc à partir de mercredi (en dehors de leurs forfaits spécifiques ou options dédiées) :

Bouygues Telecom :

Appels émis depuis la zone Europe :  0,51 euro la minute

Appels reçus dans la zone Europe : 0,22 euro la minute

SMS envoyé : 0,13 euro
Orange :

Appels émis depuis la zone Europe :  0,51 euro la minute

Appels reçus dans la zone Europe : 0,23 euro la minute

SMS envoyé : 0,13 euro

SFR :

Appels émis depuis la zone Europe :  0,51 euro la minute

Appels reçus dans la zone Europe : 0,22 euro la minute

SMS envoyé : 0,13 euro

On remarque donc que les tarifs de nos chers opérateurs ont supérieurs aux plafonds décidés par la Commission, mais ces derniers sont hors-taxe. En ajoutant la TVA (19,6%), on tombe pile-poil sur les prix annoncés.

Bouygues Telecom, Orange et SFR ne sont donc pas allés plus loin que les limites imposées par l’Europe et appliquent donc a minima la nouvelle réglementation. Dommage.

Surtout, il est une nouvelle fois regrettable de constater que ces tarifs sont parfaitement alignés, où est la concurrence ?

Les opérateurs répondent qu’ils ont mis en place des options et offres dédiées « avantageuses » qui se distinguent les unes des autres. Dont acte. Mais ces offres visent des populations spécifiques même si Orange par exemple affirme proposer des pass pour tous les profils de voyageurs.

Par ailleurs, les opérateurs se justifient en soulignant que leurs abonnés n’utilisent pas assez leurs mobiles à l’étranger, ce qui les empêche d’être agressifs sur les prix. C’est le serpent qui se mord la queue…

C’est d’ailleurs le constat de Vodafone qui a opté pour du roaming gratuit plutôt que de voir ses abonnés éteindre leurs mobiles hors de l’Angleterre.

Rappelons néanmoins que le roaming est une véritable manne financière pour les opérateurs : 8 milliards d’euros par an, en France, il représente 7% de leur chiffre d’affaires.

:Source:

[ad#co-1]

Originally posted 2009-06-30 19:26:30.

Comments Commentaires fermés sur Roaming en Europe : tarifs identiques chez les 3 opérateurs français

Une nouvelle version de Recuva est disponible, et annonce principalement la prise en charge 64-bit native, la prise en charge des disques exFAT.

Logo RecuvaAprès avoir mis à jour ses outils de nettoyage CCleaner et de défragmentation Defraggler, l’éditeur Piriform vient de mettre en ligne une nouvelle version de son logiciel de récupération de données Recuva.

Recuva

Numérotée 1.28.424, celle-ci annonce deux nouveautés qui sont la prise en charge 64-bit native et la prise en charge des disques utilisant le système de fichiers exFAT ( Extended File Allocation Table ).

L’historique de mise à jour évoque aussi l’amélioration de la prise en charge pour le système d’exploitation Windows Seven, la correction d’un bogue noté dans l’assistant de récupération sous Windows 98, la correction d’autres bogues toujours sous Windows 98 et des réglages au niveau de l’interface graphique du logiciel.

Gratuit, traduit dans la langue de Molière et compatible avec le système d’exploitation Windows, le logiciel Recuva peut être téléchargé depuis cette page.

:Source:

Originally posted 2009-06-30 06:22:24.

Comments Commentaires fermés sur Recuva : nouvelle version de l’outil de récupération gratuit

Sauf mauvaise surprise de dernière minute, c’est demain, mardi 30 juin, que Mozilla mettra à disposition des internautes la version finalisée de son navigateur, Firefox 3.5.

L’attente aura été longue, avec plusieurs mois de retard, mais elle prendra fin en principe demain 30 juin. Décalage horaire oblige, les internautes français devront patienter jusqu’à la fin de journée pour télécharger Firefox 3.5. La version sera naturellement traduite en français pour ce lancement mondial.

Les utilisateurs du navigateur ne remarqueront pas nécessairement de grands changements, l’essentiel des développements s’étant concentré sur la mécanique plus que sur les fonctionnalités. Ils devraient néanmoins apprécier les progrès réalisés au niveau de la vitesse de chargement et découvrir la navigation privée.

Mais comme le rappelle le patron de Mozilla Europe, Tristan Nitot, Firefox 3.5 représente une véritable avancée avant tout pour les développeurs. Il liste ainsi sur son blog plusieurs des améliorations apportées au navigateur : HTML5 <video> et <audio> avec Ogg Vorbis et Theora, support de Canvas et JSON, géolocalisation, etc. Les évolutions pour les développeurs sont détaillées sur un site anglais de Mozilla.

:Source:

[ad#co-1]

Originally posted 2009-06-29 18:11:11.

Comments Commentaires fermés sur Demain, le 30 juin sortie de Firefox 3.5

Voir l’article sur Cdiscount

Originally posted 2009-06-28 10:55:48.

Comments Commentaires fermés sur Michael Jackson en concert aux Brit Awards en 1991 à télécharger!


Les clients professionnels de Jamendo Pro doivent s’acquitter de droits de diffusion.

Le site va devoir mettre en place un mécanisme de collecte.

Pour sonoriser un espace public ou commercial, il faut s’acquitter de droits à la Sacem, qui, en fonction d’une panoplie de critères (taille du local, fréquentation, nombre d’enceintes…) fixe ses tarifs. Ou alors, vous avez Jamendo Pro. Cette plate-forme, ouverte en février 2009 par Jamendo, propose de télécharger des playlists sous licence Creative Commons. Un contrat fixe les modalités d’utilisation, le client paye et au moins 50 % du prix est reversé aux artistes et c’est tout. La Sacem n’a rien à y voir.

Sauf que ce n’est finalement pas si simple et Jamendo l’a appris récemment. Les utilisateurs des musiques doivent s’acquitter de droits de diffusion, reversés aux artistes interprètes et aux producteurs. C’est la « rémunération équitable ». Quel que soit le modèle économique, le régime de droit, l’ancienneté de la musique (y compris celles du domaine public), tout morceau diffusé en public, en fond sonore, dans un établissement commercial par exemple, implique un paiement à la Société de répartition de la rémunération équitable (SPRE).

Celle-ci a écrit à Jamendo pour lui signaler que les utilisateurs de Jamendo Pro devaient reverser ces droits, Creative Commons ou pas. « C’est un régime légal français un peu particulier, explique Laurent Kratz, président de Jamendo. Avec Jamendo, nous sommes dans l’innovation, il y a encore des tas de choses à clarifier. »

Un mécanisme de collecte

Pour Marc Guez, directeur général de la Société civile des producteurs phonographiques (EMI, Universal, Sony BMG, Warner), qui s’exprimait dans le cadre d’un déjeuner de presse mercredi 24 juin, Jamendo est « en pleine illégalité sur les droits voisins. Ils vendent des droits qu’ils n’ont pas. »

Si Jamendo reconnaît sans problème l’erreur, son président dédramatise. « Techniquement, la SPRE peut attaquer nos clients mais ils ne sont pas dans cette logique-là », continue Laurent Kratz. Le site va donc mettre en place un mécanisme de collecte auprès des clients de Jamendo Pro, car la SPRE elle-même ne dispose pas d’agents pour le faire et doit déléguer cette tâche à d’autres organismes (comme la Sacem).

L’opération peut prendre entre un et deux ans, surtout que le site compte des clients un peu partout dans le monde. Jamendo va certainement en passer par un accord avec une société de droits. Mais il compte bien récupérer ensuite cette rémunération équitable pour, logiquement, la redistribuer aux artistes de sa plate-forme.

:Source:

Originally posted 2009-06-26 19:43:37.

Comments Commentaires fermés sur Jamendo rattrapé par les droits voisins.

Le « Projet de loi relatif à la protection pénale de la propriété littéraire et artistique sur internet » sera défendu normalement par Michèle Alliot-Marie, nouvelle garde des Sceaux. Il rajoute à l’armada des sanctions infligées en cas de contrefaçon, la possibilité pour le juge de décider d’une coupure d’un an contre un internaute. Une couche de plus à une peine sandwich déjà chargée de 3 ans de prison et 300 000 euros d’amende, sans compter les dommages et intérêts et l’inscription au casier judiciaire.

En plus de cette offensive, le gouvernement prépare en douce un décret dans lequel on retrouve la psychologie fine d’Hadopi 1 : la sanction du défaut de sécurisation contre l’abonné. Ce défaut y est puni d’une contravention de 5e catégorie, soit 1500 euros, en plus de la suspension d’accès. Il suffit que l’abonné préalablement averti par la Commission des droits « laisse, par négligence, au moyen de son accès à un service de communication au public en ligne, un tiers commettre [une contrefaçon] » et, paf, le coup de ciseau pourra être porté sur sa connexion. C’est en fait ce décret qui est le véritable Hadopi 2 après la gifle du Conseil constitutionnel (voir les explications).

C’est là qu’on passe au dessert : quelques faibles morceaux mous de texte Hadopi 1 sont passés au travers des mailles du filet constitutionnel le 10 juin. Nous avons par exemple ceux qui enrichissent le code de la propriété intellectuelle de dispositions inscrites dans l‘article L 336-3 sur l’obligation de sécurisation.

Que dit ce texte ? « Le manquement de la personne titulaire de l’accès à l’obligation [de sécurisation de son accès] n’a pas pour effet d’engager la responsabilité pénale de l’intéressé. » C’est là une trace historique de la politique d’Albanel, qui souhaitait alors dépénaliser la traque aux pirates.

Conclusion ?

En l’état, le décret en gestation pénalise une négligence dans la sécurisation de l’accès. Or, il est tout simplement en contradiction frontale avec Hadopi 1 puisqu’il engage la responsabilité pénale de l’abonné. La loi l’emportant sur le décret dans la pyramide des textes, le projet de décret est d’ores et déjà illégal. Re-paf.

Le gouvernement a déclaré l’urgence dans l’examen du projet de loi relatif à la protection pénal. Il commencera son circuit parlementaire à toute vitesse le 8 et 9 juillet au Sénat pour être survolé vers le 22 à l’Assemblée. Finalement, il n’est pas sûr que la précipitation soit la meilleure des formules.

:Source:

Originally posted 2009-06-26 19:42:02.

Comments Commentaires fermés sur La loi Hadopi 1 rend déjà illégal le futur décret Hadopi 2

On se souvient que lors du débat sur Hadopi 1, Franck Riester avait subrepticement rajouté le terme de « communication électronique » pour définir le champ d’application du texte. Comme nous le montrions dans ce joli tableau (merci à son auteur qui se reconnaîtra) l’expression d’apparence si anodine est très vaste :

communication électronique
La « communication électronique » vise aussi bien la correspondance privée (les emails, la messagerie instantanée, etc.) que la communication au public par voix électronique.

Celle-ci se subdivise elle-même en deux sous-branches, la communication au public en ligne, mais également la communication au public par voix audiovisuelle, laquelle concerne les services de médias à la demande (SMaD), dont font partie les Youtube, Dailymotion, et tous les sites de streaming. L’article 32 du Code des postes et la loi sur l’audiovisuelle de 1986 donnent d’ailleurs cette définition à l’expression, ce sont les « émissions, transmissions ou réceptions de signes, de signaux, d’écrits, d’images ou de sons, par voie électromagnétique ».

Après des alertes en Commission des lois et dans la presse (notre simple actualité fut lue plus de 100 000 fois…) sur les risques de dérapage liés à l’usage de cette expression dans Hadopi 1, comme la surveillance des correspondances privées, Riester et Albanel avaient finalement accepté son retrait juste avant le vote final.

La surveillance, cheval de Troie d’Hadopi 2 ?

Mais comme on peut le constater avec Numérama, l’expression fait aujourd’hui curieusement son retour dans le texte Hadopi 2, cette fois sous le bras de Michèle Alliot-Marie, nouvelle garde des Sceaux.

Que dit Hadopi 2 ? « Lorsque l’infraction est commise au moyen d’un service de communication au public en ligne ou de communications électroniques, les personnes coupables des infractions [de contrefaçon] peuvent en outre être condamnées à la (…) suspension de l’accès à un service de communication au public en ligne ou de communication électronique pour une durée maximale d’un an. » La communication électronique, c’est du streaming, c’est de la messagerie instantanée ou de la messagerie email, c’est du chat, du Skype, du MSN, bref, c’est tout et n’importe quoi qui est diffusé et échangé sur les réseaux.

Cela signifie donc que si un agent assermenté parvient à démontrer un échange illicite entre deux internautes qui communiquent par email, MSN ou n’importe quel biais d’échange placé sous surveillance approfondie, la coupure d’accès pourra intervenir. Nous vous disions qu’Hadopi 2 était un vautour, cela se confirme…

Originally posted 2009-06-25 20:09:39.

Comments Commentaires fermés sur Hadopi 2 : emails et messageries placés sous surveillance