Depuis le début du mois de juillet, les internautes de onze départements peuvent contacter leur brigade locale par courrier électronique.

Si le test est concluant, le dispositif sera généralisé.

La communication, c’est simple comme un e-mail. La gendarmerie nationale ne demande qu’à s’en convaincre. Depuis le début du mois de juillet, elle met en place un service de boîtes à lettres électroniques destiné aux citoyens internautes. Le test concerne onze départements (1). Il sera conduit jusqu’à la fin de l’année 2008 et, en cas de succès de l’opération, le service pourrait être généralisé.

« C’est un moyen supplémentaire de contacter sa brigade, en plus du téléphone et des autres moyens déjà disponibles, précise le lieutenant-colonel Pierre Bouquin, chef du bureau de presse de la gendarmerie nationale. L’avantage du Net, c’est que les gens peuvent faire leur demande à tout moment de la journée.»
On peut ainsi prendre un rendez-vous par e-mail, demander des informations diverses, signaler que l’on part en vacances à telle date afin que la gendarmerie garde un oeil sur son domicile, etc. « Les seules restrictions concernent le dépôt de plainte et les demandes à caractère urgent qui, elles, doivent nécessairement passer par le téléphone », nuance le lieutenant-colonel Bouquin.

Accusé de réception et délai de traitement

Les adresses électroniques mises à disposition par la gendarmerie sont du type bta.« lieu de résidence »@gendarmerie.defense.gouv.fr (pour les brigades territoriales autonomes) ou cob.« lieu de résidence »@gendarmerie.defense.gouv.fr (communautés de brigades). Ces adresses sont communiquées au niveau local par les services de la gendarmerie ou par la presse.
Les messages arrivent directement dans la boîte courriel des brigades concernées, qui envoient un accusé de réception à l’expéditeur en lui précisant éventuellement un délai de traitement ou une date de rendez-vous.
Ce n’est pas la première fois que la gendarmerie nationale se sert du courrier électronique pour faciliter la communication avec les citoyens. Au mois d’avril 2008, elle ouvrait un site Web dédiée à une affaire criminelle vieille de quatre ans afin de recueillir de nouvelles informations. Les témoins pouvaient entrer en contact par e-mail avec les enquêteurs de la cellule.
Si la France n’en est qu’au stade des expérimentations dans ce domaine, d’autres pays comme l’Allemagne y ont déjà recours.

(1) Aisne, Dordogne, Doubs, Gard, Jura, Loiret, Meuse, Haute-Saône, Sarthe, Seine-Maritime et Territoire de Belfort.

Originally posted 2008-07-31 17:28:22.

Comments Commentaires fermés sur -La gendarmerie désormais joignable par e-mail

Après les bases posées par KDE 4.0, le renouveau de l’environnement de bureau libre a sonné avec la disponibilité d’une version 4.1.

KDE_KonquiL’avenir en 4.0 aura mis bien du temps à se dessiner pour l’un des environnements de bureau phares sous GNU/Linux. Presque deux années pour digérer un passage à la version 4 de la bibliothèque graphique QT et repenser les applications proposées. Le résultat aura donné un petit goût d’inachevé avec une mouture qui aura plus fait office de version de travail. Ce sont alors presque 6 mois supplémentaires qui auront été nécessaires à l’avènement de KDE 4 symbolisé aujourd’hui par la sortie d’une version 4.1 avec passage à QT 4.4 et possibilité de portage vers Mac OS X et Windows.

KDE 4.1 est la première version de KDE 4 à intégrer la totalité de KDE-PIM regroupant un ensemble d’outils de gestion des données personnelles comme le client mail KMail, l’agenda et calendrier KOrganizer, et bien d’autres que les utilisateurs de KDE connaissent bien mais qui avaient disparu. Tous sont de retour, et forcément dans un style KDE 4.

Introduit dans KDE 4.0, le gestionnaire de bureau Plasma est arrivé à maturité, peut-on lire dans l’annonce officielle. Il supporte les panneaux multiples et redimensionnables, propose un applet folderview pour  » stocker  » les fichiers directement sur le bureau.  Les fonctionnalités de composition graphique du gestionnaire de fenêtres KWin sont plus stables. Le gestionnaire de fichiers, Dolphin, offre quant à lui le support des onglets, un affichage en arbre ou encore plus de simplicité dans la sélection des fichiers. Pour les plus nostalgiques, rappelons que Konqueror préserve sa dualité navigateur Web / gestionnaire de fichiers.

KDE_4-1_desktop KDE_4-1_plasma-folderview

KDE_4-1_dolphin-treeview KDE_4-1_kwin-wobbly

Au-delà, d’autres applications ont évidemment subi des améliorations déjà évoquées dans nos colonnes au rythme des diverses versions de test de KDE 4.1. C’est ainsi le cas pour le gestionnaire d’images Gwenview mais à noter toutefois l’arrivée de petits nouveaux avec le lecteur vidéo Dragon Fly qui prend le relai de Kaffeine, l’éditeur hexadécimal Okteta,  de nouveaux jeux et la résurrection du lecteur de CD KSCD. Les inconditionnels du lecteur audio Amarok devront par contre patienter encore un peu avant de pouvoir goûter à sa version 2.0.

Un petit mot concernant les développeurs qui peuvent désormais concevoir des applications KDE en Python et Ruby. Plus de détails sur KDE 4.1 sont donnés à cette adresse, alors que comme de tradition un LiveCD openSUSE 11.0 est proposé pour découvrir KDE 4.1.

Source:

Originally posted 2008-07-29 19:29:24.

Comments Commentaires fermés sur -KDE 4.1 : l’environnement de bureau passe vraiment la 4ème

Les Japonais ont le don de créer des choses complètement inutiles, donc indispensables.

Voici donc une horloge pour le moins originale.

Une de ses particularités est qu’elle donne uniquement l’heure de Tokyo, au Japon.

Nous pourrions également citer que c’est une des rares horloges qui donne l’heure en musique, et c’est assez rare et agréable pour être signalé.

Mais en réalité, et c’est bien là tout son intérêt, vous risquez de passer de longues heures à regarder Uniqlock, puisque c’est son nom, tourner.

Simplement parce que ce n’est définitivement pas une horloge comme les autres.

Attention, risque de productivité en chute libre, cliquez à vos risques et périls.

Oui, il s'agit bien d'une horloge...

Oui, il s’agit bien d’une horloge…

Originally posted 2008-07-28 18:15:44.

Comments Un commentaire »

Une affiche pour Firefox 3

Une affiche pour Firefox 3

Quelques semaines après la sortie plus que remarquée de FirefoxFirefox est le nom du principal navigateur web conçu par la fondation Mozilla. C’est un projet conçu en open source. Firefox est né des cendres de Net… 3.0, voilà que les développeurs livrent la première version de test de ce qui devrait être le successeur du navigateur libre.

Firefox 3.1 est d’ores et déjà dans les starting-blocks, et une première version alpha montre que les développeurs sont bien au travail sur cette nouvelle version.

Firefox 3.1 avance

Depuis la sortie de Firefox 3, la version 3.1 du navigateur, affublée du nom de code “Shiretoko”, fait parler d’elle. Voici aujourd’hui qu’une première version alpha, à destination des développeurs, testeurs et utilisateurs chevronnés, fait donc son apparition. Cette version apporte quelques changements remarqués par rapport à l’actuelle 3.0, puisqu’elle préfigure l’arrivée du moteur de rendu Gecko dans sa version 1.9.1. Cette version propose une gestion améliorée de HTML 5 ainsi que du CSS3, par exemple.

Pour l’instant, cette version 3.1 ne propose pas une grosse vague de nouvelles fonctionnalités à ses utilisateurs. Nous pouvons cependant citer l’amélioration de la barre d’adresse et de la fonction “places”, qui permet de retrouver un site visité dernièrement avec quelques mots-clés. Ainsi, il est désormais possible de restreindre la recherche uniquement à l’historique, aux bookmarks ou aux sites étiquetés par l’utilisateur.

Source:

Originally posted 2008-07-28 17:40:22.

Comments Commentaires fermés sur -Firefox 3.1 se dévoile

Avant leur rendez-vous avec les utilisateurs finaux, les distributions GNU/Linux doivent en passer par les différentes étapes de la phase de développement. Le temps est à l’alpha, la troisième pour Ubuntu 8.10 et la première pour openSUSE 11.1.

Ubuntu_logoPour les testeurs de distributions Linux qui aiment à avoir une petite longueur d’avance, la semaine dernière a été intense avec la publication de la troisième version alpha de Ubuntu 8.10, suivie par celle de la première du genre pour openSUSE 11.1. Deux distributions GNU/Linux dont nous avons évoqué à plusieurs reprises le cas dans nos colonnes et dont les versions finales sont respectivement programmées pour octobre et décembre 2008.

Concernant Ubuntu 8.10, la première bonne nouvelle pour cette alpha 3 est l’apparition des premiers LiveCD qui faisaient jusqu’à présent défaut. Pour le reste, et c’est finalement peu, on fera abstraction de nombreux bugs encore présents pour retenir le fait que Ubuntu 8.10 alpha 3 est la première distribution Linux à introduire le gestionnaire de fichiers Nautilus (version 2.23.5.1) pour l’environnement GNOME avec l’intégration des onglets. Parmi les applications présentes dans Ubuntu 8.10 alpha 3 : Firefox 3.0.1, OpenOffice.org 2.4.1, le client de messagerie instantanée Pidgin 2.4.3, le gestionnaire de photo F-Spot 0.4.2…

OpenSUSE_LogoPour openSUSE 11.1, c’est donc la première version alpha de la distribution soutenue par Novell. Pas grand chose à se mettre sous la dent et attention d’ailleurs, ce premier jet est annoncé  » très rugueux « . Il est ainsi recommandé de se contenter des LiveCD mis à disposition et d’éviter une installation depuis le DVD. D’ici le 18 décembre 2008, openSUSE 11.1 va proposer une version 2.6.27 du noyau Linux, les environnements de bureau en version 2.24 pour GNOME et 4.1.1 pour KDE  » avec une option   » pour KDE 3.5.10, OpenOffice.org 3.0, des améliorations relatives au mécanisme de mise à jour des paquets.

Tester Ubuntu 8.10 alpha 3
Se procurer la première version alpha de openSUSE 11.1

Source:

Originally posted 2008-07-28 17:36:01.

Comments Commentaires fermés sur -Distributions Linux en alpha : Ubuntu 8.10 et openSUSE 11.1

Trois ingénieurs ont annoncé dimanche l’ouverture d’un nouveau moteur de recherche baptisé Cuil (prononcez « cool »), dont l’index s’élèverait à 120 milliards de pages Web, à comparer aux 40 milliards de liens revendiqués par Google. Les fondateurs de Cuil, qui estiment être en mesure d’indexer plus vite et pour moins cher les tréfonds du Web, affirment en outre être parvenus à établir des algorithmes de classement tenant compte du contexte de chaque page pour mieux décider quels sont les résultats qui doivent être mis en avant. A terme, le système se révèlerait selon ses créateurs bien plus pertinent que les mécanismes Pagerank et TrustRank implémentés par Google. Cuil sera-t-il un véritable Google killer ?

A l’origine de Cuil, on trouve Tom Costello, à l’origine du premier moteur de recherche sémantique développé chez IBM, accompagné de sa femme, Anna Patterson, qui fut un temps l’architecte de l’outil d’indexation TeraGoogle, déployé sur les centres de données de la firme de Mountain View depuis 2006. Lancée en 2005, la société dispose d’un capital de 33 millions de dollars, obtenus lors de deux levées de fonds. Seuls 5 millions de dollars auraient été nécessaires à la constitution de cet index de 120 milliards de pages, indiquent les fondateurs.

Moteur de recherche Cuil

Outre cet index démesuré, Cuil essaiera de se démarquer par une certaine « éditorialisation » des résultats de recherche : ceux-ci sont regroupés en catégorie, et des suggestions de recherche plus précises sont proposées. Une démarche plus proche de ce qu’ont entrepris des moteurs comme Ask.com ou le français Exalead que du modèle Google. Actuellement limité à l’anglais, Cuil devrait s’ouvrir aux langues européennes dès la fin de l’année.

Dernier point : alors que Google fait l’objet de polémiques relatives à la gestion de la vie privée (voir notamment Affaire Viacom et vie privée : YouTube résiste), Cuil ne conserverait aucune donnée personnelle identifiable relative aux internautes qui utilisent le moteur. Quelques heures après le lancement, rien ne permet de supposer un index plus important que celui de moteurs concurrents : sur des requêtes génériques, Google retourne systématiquement un nombre de résultats plus important que Cuil. Reste une présentation des résultats de type magazine, agrémentée d’images, relativement élégante, mais dépourvue de l’extrême sobriété qui a fait le succès de Google. Une période de rodage serait-elle nécessaire ?

Cuil : un moteur de recherche prometteur, mais loin d’égaler Google

Technologie – Créée par des anciens de Google, une start-up part à l’assaut du géant en proposant le « plus gros moteur de recherche du Web » doté d’un index trois fois plus conséquent que celui de l’actuel leader du marché. Avec la promesse de recherches préservant davantage l’anonymat.

Présenté comme le « Google Killer », le moteur de recherche Cuil (« connaissance, en gaëlique ; prononcer « Cool ») est en ligne depuis dimanche 27 juillet. Il a été créé par la start-up éponyme, fondée par Anna Paterson et Russell Power, deux anciens de Google, et Tom Costello, ancien d’IBM.

Selon eux, Cuil dispose aujourd’hui du plus gros index avec 120 milliards de pages Web, contre 40 milliards pour Google. Il est ainsi censé offrir des résultats plus complets et plus pertinents que son concurrent.

Dans la pratique, c’est encore loin d’être le cas. Ce lundi à midi, en tapant par exemple « iphone 3G », le moteur ne trouvait aucun résultat (voir image ci-dessous).

Dans l’après-midi, il recensait déjà 29 millions de liens, encore très loin, jeunesse oblige, des 153 millions proposés par Google. Autre curiosité : des marques comme Canon ou Panasonic renvoyaient un message d’erreur.

Bientôt en Français

Même s’il se présente comme le « plus gros moteur de recherche du Web », Cuil est donc encore loin d’être aussi efficace que le leader du secteur. Sans oublier qu’il ne propose pas d’agrégation d’actualités, ni de service de cartographie, d’images ou d’outils de mesure d’audience de sites. Si concurrence il y a, elle ne se fait donc pour l’instant que sur la fonction de recherche web pure. Et sur ce terrain, Cuil est loin d’égaler le numéro un du marché.

Selon ses auteurs, le moteur doit cependant évoluer. A terme, son algorithme se révèlera plus pertinent que les systèmes Pagerank et TrustRank intégrés à Google.

En l’état, Cuil propose une présentation des résultats plutôt intéressante, avec de larges extraits des pages référencées et des images. Une éditorialisation des résultats qui les présentent un peu comme les premières pages d’un magazine. Une présentation très visuelle, qui tranche avec la longue liste de liens de Google. Par ailleurs, ses auteurs assurent que le moteur n’enregistre pas les données de navigation, et respecte donc mieux la vie privée que le géant de Mountain View.

Aujourd’hui proposé uniquement en Anglais, Cuil devrait s’ouvrir aux autres langues, dont le français, d’ici la fin de l’année.

Source2:

Originally posted 2008-07-28 17:33:31.

Comments Commentaires fermés sur -3 anciens de Google lancent un nouveau moteur : Cuil

La distribution Linux Ubuntu 8.10 « Intrepid Ibex » vient tout juste de paraître dans sa nouvelle version alpha.

Toujours basée sur la version 2.6.26-rc8 du noyau, pourtant sorti en version finale depuis, Ubuntu 8.10 alpha 3 apporte quelques mises à jour logicielles, telles que Mozilla Firefox 3.0.1 ou OpenOffice.Org 2.4.1.

La grande nouveauté de cette alpha 3 est l’apparition des LiveCD. Ainsi, vous pourrez enfin tester Intrepid Ibex sans pour autant l’installer sur votre disque dur.

Prochaine étape à la mi-août !

Voici les liens de téléchargement :
Ubuntu 8.10 alpha 3.
Kubuntu 8.10 alpha 3.
Xubuntu 8.10 alpha 3.
Edubuntu 8.10 alpha 3.

Originally posted 2008-07-27 16:07:10.

Comments Commentaires fermés sur -Linux : Ubuntu 8.10 alpha 3 disponible.

OpenOffice

OpenOffice

Mis en valeur dans notre sélection des meilleurs logiciels gratuits, désormais vulgarisé dans la Fonction publique, OpenOfficeSuite de logiciels de bureautique, développée selon le principe du logiciel libre et concurrente de la suite Microsoft Office. OpenOffice est une suit… est bien plus qu’une simple alternative à Microsoft Office. Cette suite bureautique comprend un traitement de texte, un tableur, un programme de présentation multimédiaMultimédia est un terme englobant beaucoup d’informations, mais l’idée générale est la convergence de différents médias dans un même équipement. Le te…, un outil de dessin vectoriel, un gestionnaire de base de données et un programme mathématique. Nous allons vous montrer quelques trucs et astuces simples à appliquer et qui vous faciliteront l’utilisation des principales fonctions d’OpenOffice. Ceux que nous vous indiquons fonctionnent aussi bien sur OpenOffice 2 que sur la nouvelle version 3 bêta. Vous avez toujours hésité à franchir le pas ? Suivez nos conseils…

Voir le dossier complet

Originally posted 2008-07-23 10:13:37.

Comments Commentaires fermés sur -20 trucs et astuces pour OpenOffice

Viaduc Moselle

Le sénateur UMP de Moselle, Philippe Leroy, a déposé un amendement à la Loi de Modernisation de l’Economie, ratifié par le Sénat et par la commission mixte paritaire, visant à contraindre France Télécom à dégrouper la sous-boucle locale et déchargeant ainsi les collectivités locales de la prise en charge du coût des NRA-ZO.

Philippe Leroy

Dans l’enceinte feutrée du palais du Luxembourg, le sénateur UMP Philippe Leroy n’a pas mâché ses mots. Il a l’impression d’être mené en bateau, qu’ « en matière d’ADSL, un certain nombre d’opérateurs en place, pour ne pas dire un seul, ont tendance à qualifier d’« impossibles à mettre en œuvre » des solutions parfaitement réalistes, et ce en s’abritant derrière un jargon technique nébuleux et en avançant des arguments difficilement vérifiables, alors qu’ils ne cherchent en fait qu’à protéger leur marché, au risque de retarder le progrès ».

Ce qui met le sénateur Leroy en rogne, c’est le fait que France Télécom – puisque, de l’aveu même du parlementaire, c’est de l’opérateur historique dont il s’agit ici – « ne joue pas le jeu ». M. Leroy rappelle que le règlement du Parlement européen et du Conseil du 18 décembre 2000 relatif au dégroupage de l’accès à la boucle locale prévoit que les opérateurs téléphoniques fixes reconnus puissants par les régulateurs nationaux – c’est le cas de France Télécom – permettent un accès totalement dégroupé à la boucle locale (boucle locale désignant ici également la sous-boucle locale). Or, alors que l’accès à l’ADSL est garanti en Belgique et en Hollande par un dégroupage du point de sous-répartition, le sénateur de Moselle s’insurge contre l’argumentation de France Télécom qui fait de la France « le seul pays au monde à troubler le service universel, c’est-à-dire le passage du téléphone, avec des signaux aux sous-répartiteurs ».

Logo France Télécom

Pour pallier ce manque, France Télécom propose aux collectivités l’installation de NRA-ZO, au financement duquel elles doivent participer. Or, aux yeux de Philippe Leroy, il s’agit de la part de France Télécom d’« une astuce pour faire payer les gens », d’une part de bluff intrinsèque au commerce, dont il refuse que les collectivités soient les dupes.

C’est pourquoi il a proposé d’insérer un article additionnel à l’article 29 de la Loi de Modernisation de l’Economie stipulant que « [d]ans le respect des objectifs mentionnés à l’article L. 32-1, et notamment de l’exercice d’une concurrence effective et loyale au bénéfice des utilisateurs, les opérateurs réputés exercer une influence significative sur le marché de la sous-boucle locale sont tenus de fournir, sur ce segment de réseau, des prestations d’accès a minima équivalentes à celles offertes sur la boucle locale » Cet amendement a été non seulement voté au Sénat mais également en commission mixte paritaire. Après une dernière lecture le 23 juillet, la LME devrait être promulguée.

SRA

Alors, France Télécom devra permettre le dégroupage total (voix et data) de ses sous-répartiteurs si les opérateurs alternatifs le demandent. Néanmoins, le marché des zones concernées, qui sont généralement peu denses, n’a pas de grand intérêt économique. D’ailleurs aucun opérateur alternatif n’est à l’origine de l’amendement et rien n’indique qu’ils demanderont le dégroupage de la sous-boucle à France Télécom. Il s’agit donc plus au final de l’expression d’un ras-le-bol de la part des collectivités locales, pour qui l’achat de NRA-ZO représentait un investissement lourd, que d’une véritable révolution en termes de couverture ADSL du territoire.

Source:

Originally posted 2008-07-23 10:11:23.

Comments Commentaires fermés sur -Les collectivités ne veulent plus payer le dégroupage












*Offre valable jusqu’au 27 juillet 2008, limitée au stock disponible LDLC. Prix affichés TTC, hors frais de port, basés sur une TVA française de 19.6%

Rendez-vous donc immédiatement sur le site LDLC.com, pour passer et recevoir rapidement toutes les commandes dont vous rêvez.

Voir l’annonce en ligne:

Originally posted 2008-07-22 04:37:20.

Comments Commentaires fermés sur -Les nouveaux PC LDLC sont arrivés !