Avec comme contributeur Microsoft, la version 1.0 d’OpenXML Document Viewer est disponible afin de permettre sous Windows ou Linux, la consultation dans le navigateur de documents Office Word 2007.

Open_XML_ViewerFin 2008, Microsoft avait mis le projecteur sur l’un des ses projets d’interopérabilité réalisés sous licence libre : Open XML Document Viewer. Une extension pour navigateur Web qui tant sous environnement Windows que Linux fournit une interopérabilité directe depuis les documents Open Extensible Markup Language ( XML ) vers HTML.

En l’occurrence, les documents Open XML, à savoir enregistrés au format .docx utilisé par défaut par le traitement de texte Word de la suite bureautique Office 2007 ou Office 2008 pour Mac ( et prochainement Office 2010 ), peuvent être ouverts dans le navigateur par un utilisateur qui ne possède pas ladite suite.

Initialement extension à destination de Firefox, la version 1.0 d’Open XML Document Viewer publiée en fin de semaine dernière supporte les navigateurs Internet Explorer 7 et 8, Opera 9.x, et jusqu’aux versions de test de Firefox 3.5 sous Windows. Sous Linux ( openSUSE ), les navigateurs supportés sont Opera 9.x et Firefox  3.x.

La traduction en HTML des documents Word ( .docx ) prend en compte les formes des dessins, les thèmes des documents, les équations ( MathML ), les colonnes… Les notes de versions sont disponibles à cette adresse.

Pour rester dans le Libre, on rappellera qu’avec la suite bureautique libre OpenOffice.org 3.0 il est possible de consulter des documents OOXML.

Télécharger Open XML Document Viewer 1.0

:Source:

Originally posted 2009-05-18 21:30:05.

Comments Commentaires fermés sur Open XML Document Viewer en version finale 1.0

Logo wifi

L’AFP rapporte que quatre bibliothèques universitaires rattachées à la Sorbonne ont décidé de mettre en place un moratoire contre la connexion Internet par WiFi. En effet, plusieurs employés se seraient plaints de divers maux de tête, vomissements et vertiges en pointant du doigt le réseau WiFi. Les établissements concernés par ce moratoire sont les bibliothèques de Sainte-Geneviève, de Sainte-Barbe, des Langues Orientales ainsi que le centre de documentation de la faculté de Censier.

Etienne Cendrier, porte-parole de l’Association Robin des Toits, explique à l’AFP : « Le problème sanitaire est du même type que celui posé par la téléphonie mobile ». En effet, les trois opérateurs Orange, Bouygues Telecom et SFR ont été contraints de désinstaller plusieurs de leurs antennes-relais implantées à proximité de résidences ou d’établissements scolaires.

Jeudi 23 avril, la table ronde Grenelle des Ondes s’est ouverte regroupant opérateurs, élus et associations. L’un des sujets principaux abordés est la dangerosité des ondes électromagnétiques émises par les antennes-relais. Cependant, les éventuels dangers du WiFi ne seront pas évoqués.

En novembre 2007, la mairie de Paris avait coupé les liaisons WiFi de quatre bibliothèques municipales pour des raisons similaires. Le 18 juin prochain, suite à une conférence de citoyens sur les ondes et la santé publique, la ville de Paris devrait publier des recommandations sur l’usage du WiFi public.

Martine Hours explique à l’AFP que le WiFi pourrait éventuellement poser problème si l’utilisateur se trouve très proche d’une borne et s’« il y a beaucoup de transferts de données ». A l’avenir, les bibliothèques pourraient donc devoir déplacer les routeurs WiFi de telle sorte à ce qu’aucun employé ne se trouve à proximité de ces derniers.

:Source:

Originally posted 2009-05-18 21:29:08.

Comments Commentaires fermés sur WiFi et santé : les interrogations persistent par Neteco.com

Hadopi : le Conseil constitutionnel saisi dans les prochains jours

Les députés hostiles à la loi « Création et Internet », dont les socialistes et les Verts, veulent voir certaines dispositions censurées.

Soixante. C’est le nombre de députés ou de sénateurs nécessaires pour saisir le Conseil constitutionnel, avant promulgation d’une loi. Et c’est bien ce que comptent faire les députés du groupe Socialiste, radicaux, citoyen et divers gauche maintenant que la loi Création et Internet a été votée, mercredi 13 mai 2009.

Contactés par 01net., les bureaux des socialistes Patrick Bloche et Christian Paul, deux députés farouchement opposés à la loi, confirment que la saisine du Conseil est prévue pour dans quelques jours. Elle sera a priori commune avec celle des députés verts et communistes (groupe Gauche démocrate et républicaine).

Pour justifier leur saisine, les députés « doivent soulever les points d’inconstitutionnalité
et les articles concernés,
précise-t-on chez les socialistes, mais le Conseil constitutionnel, une fois saisi sur ces points, peut s’auto-saisir de tout le texte. »

Une double peine inconstitutionnelle ?

Certains députés ont d’ores et déjà soulevé les points qui leur paraissent inconstitutionnels. Pour Martine Billard (Les Verts), qui l’explique sur son blog, c’est le fait que « tous les abonnés ne seront pas sanctionnés de la même façon ». S’appuyant sur les déclarations du rapporteur Frank Riester, elle note que la connexion à Internet a des chances de ne pas être suspendue si des téléchargements illégaux ont eu lieu à partir d’une ligne professionnelle (avocats, professions de santé, etc.). « Il y a là une rupture d’égalité devant la loi susceptible de la censure du Conseil constitutionnel. »

Le député Nicolas Dupont Aignan, président de Debout la République, a lui aussi évoqué une censure par la Conseil constitutionnel d’un texte « liberticide ». Quant à Jean Dionis Du Séjour (Nouveau centre), il a plusieurs fois estimé que ce qu’il appelle la « double peine », c’est-à-dire le fait que l’abonné privé de connexion à Internet continue de payer son abonnement à son FAI, risquait d’être considérée comme inconstitutionnelle.

:Source:

Originally posted 2009-05-18 21:27:59.

Comments Commentaires fermés sur Le Conseil constitutionnel, dernier recours contre Hadopi

La polémique sur la nocivité des antennes-relais embarrasse beaucoup les trois opérateurs mobiles français. Orange, SFR et Bouygues Telecom, qui participent jusqu’au 25 mai au Grenelle des antennes, craignent une atteinte durable à leur image. Mais ils se plaignent aussi d’une difficulté toujours plus grande à déployer leurs réseaux. « Il faut minimum deux ans pour installer une nouvelle antenne », déplore Eric De Branche, de l’Association française des opérateurs mobiles (AFOM).

La pose d’une nouvelle antenne (voire une simple remise à niveau) nécessite des autorisations administratives (permis de construire, autorisation d’émettre auprès de l’Agence nationale des fréquences…), des négociations souvent âpres avec les propriétaires du terrain ou les bailleurs de l’immeuble. La discussion coince en raison des inquiétudes des riverains, mais aussi pour des raisons patrimoniales, les propriétaires redoutant qu’une antenne ne fasse baisser la valeur de leur bien. Ce motif est la première cause des freins à la pose, selon les opérateurs.

La conséquence de ces ralentissements, c’est que les opérateurs n’auront vraisemblablement pas atteint les objectifs de couverture auxquels ils se sont engagés dans le cadre de leurs licences « 3G » (norme de téléphonie mobile de troisième génération). A ce jour, Bouygues Telecom, Orange et SFR assurent être parvenus à couvrir environ 75 % de la population, mais leurs obligations sont respectivement de 75 % (avant fin 2009), 98 % et 99,3 % (avant l’été 2009).

Du coup, de nombreuses zones « blanches » (non couvertes) ou « grises » (tous les opérateurs ne sont pas présents) persistent dans les zones rurales, y compris sur les réseaux de première génération (norme GSM). « Dans mon département, il manque une dizaine d’antennes sur la norme GSM, et à mon avis un bon millier en tout en France. Ne parlons pas de la 3G, où nous sommes complètement dans la panade », témoigne Bruno Sido, sénateur (UMP) de la Haute-Marne.

« LOGIQUE DE RENTABILITÉ »

« Il y a encore des zones blanches à seulement 10 km d’Agen. Sans parler de tous ces endroits où le téléphone ne passe pas quand on appelle des maisons ou en voiture », ajoute Jean Dionis du Séjour, député (Nouveau centre) du Lot-et-Garonne.

La lenteur de déploiement des réseaux pose aussi problème dans les zones urbaines, où, en raison de l’augmentation du trafic de l’Internet mobile mais aussi de la voix (une antenne ne supportant pas plus de 60 appels simultanés), les réseaux risquent de saturer.

La réticence des populations ne serait-elle pas cependant un argument commode des opérateurs pour limiter leurs investissements là où ils ont du mal à rentabiliser leur réseau ? Eux protestent de leur bonne foi, assurant pour Orange dépenser au moins 1 milliard d’euros par an dans son infrastructure mobile et 800 millions dans le cas de SFR. « Je ne crois pas qu’ils manipulent leur discours. Mais c’est vrai qu’ils sont dans une stricte logique de rentabilité : ils me disent par exemple qu’ils n’iront pas poser une antenne à 100 000 euros dans le village de Saint-Caprais-de-Lerme (Lot-et-Garonne) parce qu’il n’y a que 450 habitants », selon M. Dyonis du Séjour.

Existe-t-il des solutions pour pallier aux lenteurs des déploiements ? « Les opérateurs espèrent obtenir un élargissement du spectre radio sur lequel ils émettent. Ils étudient le délestage d’une partie du trafic mobile sur leurs réseaux fixes. Au pire, ils pourraient aussi laisser le service se dégrader lors des pics de communication. C’est moins grave pour les données que pour la voix : la communication n’est pas coupée, mais ça rame », explique Pierre Carbonne, de l’institut Idate. Mi-avril, l’Arcep a soumis à la concertation des opérateurs une proposition de mutualisation de leurs infrastructures au-delà de 95 % de la population couverte, pour accélérer la résorption des zones « blanches » sur la « 3G ».

:Source:

Originally posted 2009-05-18 14:44:23.

Comments Commentaires fermés sur La polémique sur les antennes-relais ralentit l’installation de réseaux mobiles

De nombreux parents considèrent les logiciels de contrôle parental inefficaces car pouvant être contournés par leurs chères têtes blondes.

Logo IpsosÀ la demande de la délégation interministérielle à la Famille, l’institut d’étude Ispos a interrogé les foyers français abritant des enfants de 6 à 17 ans sur la question du logiciel du contrôle parental. Les résultats de l’enquête s’appuient sur les réponses données sur Internet par 600 foyers, entre le 24 et 29 avril dernier.

LogProtectSi le logiciel de contrôle parental ( capture d’écran de LogProtect, à droite ) n’est plus marginal comme il l’a été une certaine époque, il reste encore pas mal de chemin à parcourir pour l’imposer dans les foyers français.

D’après l’enquête menée par Ipsos, 59 % des parents auraient équipé au moins un ordinateur de la maison. Ce chiffre passe en dessous de la barre des 50 % et tombe à 44 % lorsqu’il s’agit d’équiper tous les postes de la maison.

Même équipés, les parents ne dorment pas sur leurs deux oreilles. Si 48 % des parents le considèrent comme inviolable, 52 % estiment en revanche qu’il peut être contourné par leurs chères têtes blondes avec 3 % qui pensent que c’est déjà fait et 49 % qui les en voient capables.

Consulter les résultats de l’enquête Ipsos

:Source:

Originally posted 2009-05-18 14:42:49.

Comments Commentaires fermés sur Les logiciels de contrôle parental jugés inefficaces

[dailymotion x6kr3b]

Ci-dessous le lien vers le site web du nouvel album Rock soul de Demis Roussos.

Originally posted 2009-05-17 22:36:15.

Comments Commentaires fermés sur [Music] Demis Roussos * Rain And Tears *

La nouvelle version AV9 est arrivée.

Venez la découvrir ! PcHelp vous recommande Avira

Si vous avez déjà installé Avira Ver:8 sur votre machine il n’y a pas de mise à jour automatique possible vers cette nouvelle version.

Il vous faudra obligatoirement migrer manuellement, c’est à dire télécharger cette nouvelle version 9 désinstaller l’ancienne 8.x  puis installer la mise à jour.

L’antivirus GRATUIT - Avira AntiVir PersonalL’antivirus gratuit – Avira AntiVir Personal est une solution antivirus gratuite et fiable, analysant constamment et rapidement votre ordinateur à la recherche de programmes malveillants tels que des virus, chevaux de Troie, canulars, vers, numéroteurs, etc. Il surveille chaque action exécutée par l’utilisateur ou le système d’exploitation et réagit aussitôt en cas de détection d’un programme malveillant.

Avira AntiVir Personal est un programme antivirus complet et simple, conçu pour offrir une protection contre les virus fiable et gratuite aux utilisateurs privés, pour un usage personnel uniquement et n’est pas destiné à un usage commercial ou professionnel. Disponible pour Windows ou UNIX.

Avira AntiVir Professional

Grâce à la nouvelle version 9, qui sera publiée en mars 2009, vous profitez de nouvelles fonctions améliorées pour les produits Avira AntiVir Windows Desktop ainsi qu’Avira AntiVir Windows Server. Pour ladite migration vers AV9, vous n’avez, dans la plupart des cas, rien à faire – excepté quelques clics de souris.

Tout ce qu’il faut savoir sur la migration.

Que signifie le terme migration ?
À la différence d’une mise à jour lors de laquelle une version d’un programme déjà installé est actualisée sans qu’une nouvelle installation soit nécessaire, la migration ou mise à niveau signifie qu’une version précédente du programme doit être désinstallée avant de pouvoir installer la nouvelle version du programme.

Quels produits sont concernés par la migration ?
Seuls les produits Avira AntiVir Desktop suivants pour Windows sont concernés par la migration : Avira AntiVir Personal, Avira AntiVir Premium, Avira Premium Security Suite et Avira AntiVir Professional. Avira AntiVir Server (Windows) est également concerné. Si vous utilisez un de ces produits, vous devez effectuer une migration pour passer à la version 9.

Pourquoi une migration est-elle nécessaire ?
Une migration est systématiquement nécessaire quand des structures de base sont modifiées dans les programmes, de telle sorte qu’elles ne sont plus compatibles avec les structures de la version précédente et qu’une prise en charge ou transformation de ces anciennes structures n’est plus possible dans la nouvelle version.
Plus d’infos sur la nécessité de la migration

Préparatifs de la migration
À la publication de la version 9, vous ne devez pas aussitôt migrer vers cette version ! Avira prend en charge la version 8 pour les produits concernés jusqu’au 31/03/2010. Jusqu’à cette date, Avira continuera de mettre à disposition des mises à jour du moteur, de la base de données des modèles de détection et du programme. Pendant cette période de 12 mois, vous pouvez choisir librement la date de la migration.
Plus d’infos sur les préparatifs de la migration

Différents scénarios de migration ou de mise à niveau
Les produits Avira AntiVir Desktop pour Windows sont utilisés dans les scénarios les plus diverses : comme versions monopostes, comme versions multipostes ou en versions multipostes administrées de manière centralisée. Dans tous les scénarios, la migration peut dans une large mesure se faire automatiquement, même s’il peut y avoir des différences dans les détails lors du déroulement de la migration.
Plus d’infos sur le déroulement de la migration

:Source:

Télécharger le kit d’installation français Avira AntiVir Personal – FREE Antivirus, Version 9
date: 2009-04-27, version: 9.0.0.65

Md5: 9a91b5d0193f0ed73f3a693a0a3001b3 Télécharger le kit d’installation français 28.75 MB

Md5: bf70cdca2a59a9402a9d8929635bd5f8 Télécharger le kit d’installation français 31.32 MB

Une version sur nos serveurs est disponible via la colonne de droite dans « Liens Téléchargements« 

Originally posted 2009-05-17 10:21:38.

Comments 2 commentaires »

Et pour ceux qui voudraient quand même tenter le diable.

La première version alpha d’Ubuntu 9.10, alias Karmic Koala, est maintenant disponible. La chose n’intéressera pas grand monde, sauf les plus acharnés et les testeurs fous. Cependant, cette alpha donne la direction du développement.

On rappellera déjà que les développeurs ont décidé que le « look » d’Ubuntu serait largement revu dans la version 9.10 et que les utilisateurs pourraient (enfin ?) dire au revoir au marron, couleur dominante depuis l’apparition de cette distribution. Pour le moment, la liste des nouveautés est loin d’être complète, le gros du travail consistant pour l’instant à synchroniser le développement avec les avancées de Debian (branches Unstable et Sid).

Du côté des briques principales, Ubuntu 9.10 sera basé sur le noyau 2.6.30 ainsi que sur la dernière version en travaux de GNOME, la 2.27.1. Un changement important concernera les possesseurs d’ordinateurs portables puisque la gestion de l’énergie et des touches « Fn » ne seront plus confiées à la HAL mais respectivement à DeviceKit-power et udev-extras. Les testeurs devraient donc vérifier qu’ils ne constatent pas de régression durant la transition.

Autres changements importants : un nouveau pilote Intel et un nouveau compilateur par défaut. Côté Intel, c’est l’architecture du pilote qui évolue (d’EXA vers UXA), ce qui devrait permettre une montée très visible des performances. Le pilote est toutefois moins stable que l’ancien du fait de son jeune âge. Côté compilation, c’est maintenant GCC 4.4 qui est en charge des travaux, et l’équipe d’Ubuntu prévient qu’il est plus strict que le précédent sur certains points.

Ceux qui souhaitent télécharger l’alpha 1 peuvent quand même se rendre sur cette page.

:Source:

Le calendrier de développement d’Ubuntu 9.10 :

  • 11 juin 2009 : Alpha 2
  • 23 juillet 2009 : Alpha 3
  • 13 août 2009 : Alpha 4
  • 3 septembre 2009 : Alpha 5
  • 17 septembre 2009 : Alpha 6
  • 1 octobre 2009 : Bêta
  • 22 octobre 2009 : Release Candidate
  • 29 octobre 2009 : Ubuntu 9.10

Originally posted 2009-05-15 22:17:34.

Comments Commentaires fermés sur Ubuntu 9.10 alpha : les nouveautés qui se profilent

Le genre de promotion où tout le monde s’y retrouve.

En ce temps de loi Création et Internet où l’on parle de filtrage, de mouchard, de lettres recommandées et de droits fondamentaux, certains artistes choisissent le chemin le plus direct : proposer leur musique gratuitement aux internautes. C’est le cas de Coldplay, qui diffuse un album live intitulé : « Left Right Left Right Left ».

coldplay
coldplay

Il s’agit d’une opération promotionnelle qui va durer plusieurs mois, puisque le groupe compte laisser le lien actif pendant toute la durée de leur tournée. Les chansons sont au nombre de 9 (ce n’est donc pas tout à fait un album complet) :

  • Glass Of Water
  • 42
  • Clocks
  • Strawberry Swing
  • The Hardest Part / Postcards From Far Away
  • Viva La Vida
  • Death Will Never Conquer
  • Fix You
  • Death And All His Friends

Les fans remarqueront qu’à l’exception de Clocks et Fix You, toutes les pistes appartiennent au dernier album.

Pour télécharger cet album, il suffit de se rendre sur cette page. Selon l’affluence, l’affichage peut être très lent, et il faudra donc être patient. En donnant son adresse de courrier électronique, on peut récupérer ensuite une archive d’environ 55 Mo contenant les 9 MP3 (qualité 192 Kb/s).

:Source:

Originally posted 2009-05-15 22:14:35.

Comments Commentaires fermés sur Coldplay diffuse gratuitement un live de son dernier album

CNIL logo

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) critique à son tour la loi Création et Internet, adoptée cette semaine par le parlement, à l’occasion de la publication de son rapport annuel 2008. L’autorité administrative indépendante chargée de veiller notamment à la protection de la vie privée revient dans ce dernier sur l’avis qu’elle a rendu au gouvernement le 29 avril 2008 concernant l’avant projet de loi.

Bien que la CNIL n’ai jamais eu l’accord du Gouvernement pour rendre public son avis, couvert par le secret des délibérations sur les travaux préparatoires, il avait été publié par la Tribune en novembre 2008. Cet avis critiquait sévèrement l’Hadopi, regrettant tout particulièrement « qu’aucune étude ne démontre clairement que les échanges de fichiers via les réseaux pair à pair soient le facteur déterminant d’une baisse du chiffre d’affaires des industries culturelles ». Il soulevait de plus « le manque d’équilibre entre le respect de la vie privée et le respect des droits d’auteurs ».

À l’instar d’autres opposants à la loi Hadopi, la Commission s’interroge à son tour sur « la fiabilité des dispositifs techniques destinés à garantir la sécurité des connexions ». Elle donnera un avis, certes seulement consultatif, concernant le traitement des données personnelles des internautes faisant l’objet d’une suspension, bien qu’il ait été préférable qu’un représentant de la CNIL siège au sein de l’Hadopi, contrairement à ce que prévoit la loi. Elle devrait « exercer son contrôle sur l’ensemble de ces traitements, conformément à ses missions ».

La Commission regrette enfin que le Gouvernement n’ai pas souhaité que son avis soit connu, estimant que la « situation est très clairement insatisfaisante » et suggérant d’ailleurs une modification de la loi en question.

:Source:

Originally posted 2009-05-15 22:13:13.

Comments Commentaires fermés sur Hadopi : la Cnil critique de nouveau l’Hadopi