Place au diable de Tasmanie !

linux logo tuz Un nouveau noyau Linux est disponible au téléchargement dans la plupart des dépôts associés aux distributions. En dehors des habituelles améliorations diverses, les développeurs du noyau ont changé volontairement la mascotte pour cette version (uniquement) : oubliez le manchot, et place au diable de Tasmanie. Il s’agit de Tuz (en lieu et place de Tux), une mascotte présente après la promesse tenue lors d’une vente de charité en faveur de la préservation de cet animal.

Voici la liste des améliorations présentes dans le noyau 2.6.29 :

  • Première inclusion du système de fichier moderne Btrfs. Attention, il ne s’agit pas d’une version stable, mais sa présence est là pour assurer des tests plus complets par ceux qui le veulent.
  • Inclusion du système de fichiers Squashfs, utilisé le plus souvent pour les systèmes compressés et en lecture seule, notamment sur les Live CD.
  • Inclusion de KMS, qui transfère dans le noyau la configuration de la carte graphique pour qu’elle puisse afficher correctement les données graphiques sur l’écran. Cela permet par exemple de faire fonctionner le serveur X sans les droits roots.
  • Ajout de « crochets » (hooks) dans LSM afin de permettre l’arrivée des modules de sécurité basés sur le chemin (pathname-based).
  • Le mécanisme de RCU (Read-Copy update) devient hiérarchique
  • Une pile réseau supportant la technologie WIMAX est désormais incluse dans le noyau Linux
  • Les informations de sécurité ont maintenant une structure dédiée
  • La couche SCSI du noyau est maintenant compatible avec les périphériques de type Fibre Channel sur Ethernet (FCoE) grâce à la nouvelle bibliothèque libfc.
  • La pile Wi-Fi mac80211 du noyau est désormais capable de prendre en charge le mode Wireless Access Point.
  • Le système de fichiers Ext4 possède désormais, grâce aux développeurs de Google, une option permettant de ne pas utiliser de journal.
  • Il est maintenant possible de faire des sommes de contrôle sur les métadonnées du système de fichiers ocfs2.
  • La solution de chiffrement de fichiers eCryptfs, incluse depuis le noyau 2.6.19, peut désormais chiffrer les noms des fichiers et non plus uniquement leur contenu.
  • Les divers pilotes de la plate-forme Androïd de Google font leur entrée dans la branche -staging du noyau (pilotes non finalisés, mais placés ici pour attirer l’attention).
  • Le système de fichiers spécialisé dans la mémoire Flash UBIFS possède désormais des options de compression lors du montage.
  • Le noyau 2.6.29 introduit le début du support pour la console Pandora (basée sur un cœur ARM et DSP). Plus généralement le dernier noyau propose beaucoup d’améliorations sur l’architecture ARM.
  • La mémoire flash de type LPDDR (Low power double data rate) est prise en charge par le noyau 2.6.29. Ce nouveau type de mémoire (aussi nommé Mobile-DDR) est destiné aux appareils sur batterie (téléphones et autres) qui peuvent ainsi profiter d’un débit atteignant 667 Mo/s sur un bus 16 bits.
  • Du côté de l’interface ieee1394 (plus connue sous le nom commercial de Firewire utilisé par Apple) les périphériques ayant un taux maximum de transfert de 1600 Mbits/s et 3200 Mbits/s sont maintenant pris en charge alors que la limite précédente se situait à 800 Mbits/s.
Pour une liste plus complète des nouveautés, on pourra lire l’article consacré au noyau 2.6.29 sur Linuxfr.org.

Originally posted 2009-03-24 17:31:32.

Les commentaires sont désactivés.